Jeunesse/sante/Actualité

Légère hausse des signalements à la DPJ

Le nombre de signalements a augmenté de 3,2% à la Direction de la protection de la jeunesse du Bas-St-Laurent l’an dernier par rapport à l’année précédente.

La DPJ a traité un peu plus de deux mille 350 dossiers en 2017-2018. De ce nombre, elle en a retenu 870, quatre de plus qu’un an plus tôt. La négligence arrive en tête de lice des problématiques, suivis des mauvais traitements psychologiques et des abus physiques.

Près de 31% des cas référés proviennent des employés des différents organisme, 19% des milieux scolaire et policier et près de 18% du milieu familial.

D’autre part, la directrice intérimaire de la DPJ, Anne Duret, mentionne que son organisation a mis en place une structure afin d’éviter des situations comme celles survenues à Trois-Rivières. La Cour du Québec a blâmé la DPJ Mauricie-Centre-du-Québec pour avoir laissé une enfant au sein d’une famille d’accueil  « toxique » et « dysfonctionnelle » pendant six ans.

SHARE

Légère hausse des signalements à la DPJ