sante

sante/Actualité

La FIQ critique sévèrement le CISSS du Bas-St-Laurent

La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec estime que ses membres sont à bout de souffle au Bas-St-Laurent.

Nancy Bédard fait ce constat après une tournée qui l’a menée dans plusieurs établissements de santé de la région, dont l’Hôpital de Mont-Joli. Selon madame Bédard, il manque régulièrement de personnel et les infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes subissent quotidiennement, selon elle, les mauvaises décisions des gestionnaires. La leader syndicale constate qu’il y a un grave problème d’attraction et de rétention de main-d’oeuvre dans la région. Elle est d’avis que le Centre intégré de santé ne fait rien pour régler cette question.

Dans le contexte actuel de surcharge de travail, d’épuisement des professionnelles en soins, des heures supplémentaires, des heures supplémentaires obligatoires et de la précarité d’emploi, le dépôt patronal du projet de convention locale est une insulte plaide Nancy Bédard. Madame Bédard rappelle que son organisation a soumis des solutions à l’employeur à de multiples reprises mais elle doute maintenant de sa bonne foi à vouloir négocier avec elle.

SHARE

La FIQ critique sévèrement le CISSS du Bas-St-Laurent