Actualité

Environnement/Actualité

Culturel/Actualité

Actualité

Actualité

Éducation/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Transports/Actualité

sante/Économie/Actualité

Éducation/Actualité

Actualité

Politique/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Culturel/Actualité

sante/Culturel/Actualité

Environnement/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Politique/Actualité

Fait divers/Actualité

sante/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Fait divers/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Pauvreté/Actualité

agriculture/Actualité

Environnement/Actualité

Faune/Actualité

Violence contre les femmes/Actualité

Pauvreté/Économie/Actualité

Éducation/Économie/Actualité

Habitation/Économie/Actualité

Pauvreté/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Éducation/Actualité

Culturel/Actualité

Ainés/Actualité

Éducation/Actualité

Environnement/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Actualité/Sport

Actualité/Sport

Affaires municipales/Actualité

Économie/Actualité/Actualité

Éducation/Actualité

Habitation/Actualité

Actualité

Environnement/Actualité/Actualité

Actualité

Des données particulières sur l’alcool au volant au Bas-St-Laurent

Les bas-laurentiens ont un comportement un peu particulier face à l’alcool au volant.

C’est ce que démontre un sondage mené pour le compte de l’organisme Éduc’alcool. La consultation révèle que les répondants sont plus nombreux que les autres Québécois à avoir vu ou traversé un barrage policier en matière d’alcool au volant au cours de la dernière année. Ils croient ainsi davantage qu’ailleurs au Québec qu’il est probable de se faire intercepter lors de telles opérations mais, étrangement, ils ne sont pas moins nombreux à conduire avec les facultés affaiblies.

Autre donnée du sondage : 79% des personnes interrogées ont consommé de l’alcool au moins une fois au cours de la dernière année. La moyenne québécoise se situe à 83%.

D’autre part, les bas-laurentiens ne se démarquent pas pour leur consommation excessive, mais ils ne sont pas au-dessous de la moyenne non plus.

Par ailleurs, 2% des répondants croient que la limite d’alcool pour conduire est trop sévère comparativement à 4% au Québec. En plein dans la moyenne, 62% croient qu’elle est juste assez sévère et 33% ne la trouvent pas assez punitive.

Le sondage, réalisé à tous les deux ans, a été mené auprès de deux mille 700 personnes dont environ 150 au Bas-St-Laurent.

 

SHARE

Des données particulières sur l’alcool au volant au Bas-St-Laurent