Actualité

Actualité/Sport

Environnement/Actualité

Culturel/Actualité

Actualité

Actualité

Éducation/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Transports/Actualité

sante/Économie/Actualité

Éducation/Actualité

Actualité

Politique/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Culturel/Actualité

sante/Culturel/Actualité

Environnement/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Politique/Actualité

Fait divers/Actualité

sante/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Fait divers/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Pauvreté/Actualité

agriculture/Actualité

Environnement/Actualité

Faune/Actualité

Violence contre les femmes/Actualité

Pauvreté/Économie/Actualité

Éducation/Économie/Actualité

Habitation/Économie/Actualité

Pauvreté/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Éducation/Actualité

Culturel/Actualité

Ainés/Actualité

Éducation/Actualité

Environnement/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Actualité/Sport

Actualité/Sport

Affaires municipales/Actualité

Économie/Actualité/Actualité

Éducation/Actualité

Habitation/Actualité

Actualité

Actualité

Une série d’irrégularités relevée à Sainte-Angèle-de-Mérici

Alain Carrier-Maire

Alain Carrier, maire de Sainte-Angèle-de-Mérici. Photo-Courtoisie

Le commissaire aux plaintes du ministère des Affaires municipales formule une série de recommandations à l’intention de la municipalité de Sainte-Angèle-de-Mérici.

Dans un 1er temps, Richard Villeneuve, écrit, dans sa lettre envoyée aux autorités angeloises, que la conseillère, Marie-France Dupont, n’avait pas l’autorité requise pour s’occuper du greffe lors de la séance du conseil municipal du 9 juin 2014.

Dans un deuxième temps, monsieur Villeneuve a relevé des problématiques dans la gestion du projet de réfection de la rue des Riverains et de remplacement de certaines conduites d’aqueduc et d’égout. Alors que la résolution du 9 août 2013 consacrait un budget de 15 000 mille dollars à ces travaux, il constate que ce sont des dépenses de plus de 50 mille dollars qui ont été engagées.

Le commissaire mentionne par ailleurs que le maire, Alain Carrier aurait conclu directement certains contrats, sans passer pas le conseil municipal, ce qui n’est pas légal.

Richard Villeneuve note également que Sainte-Angèle-de-Mérici aurait accordé un contrat de services professionnels de gré à gré à la firme d’ingénierie Roche, Groupe-conseil, alors qu’elle aurait dû procéder par l’entremise d’une demande de soumissions faite par voie d’invitation écrite auprès d’au moins deux fournisseurs.

Le commissaire demande d’informer les membres du conseil municipal de ses commentaires et d’apporter les correctifs requis afin d’éviter que de telles situations ne se reproduisent.

 

SHARE

Une série d’irrégularités relevée à Sainte-Angèle-de-Mérici