Relations de travail

Relations de travail/Éducation/Actualité

Gain du SCFP en matière d’équité salariale

Le Syndicat canadien de la fonction publique a remporté une victoire dans le litige qui l’opposait à l’Université du Québec à Rimouski sur le maintien de l’équité salariale de 2016.

Le vice-président de la section locale du SCFP, Régis Beaulieu, indique que son organisation attendait impatiemment cette décision depuis le dépôt d’une plainte le 3 mai 2017.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail a jugé non-conforme l’affichage du maintien de l’équité salariale à l’UQAR. Cette dernière devra donc reprendre et modifier ses travaux du maintien de l’équité salariale de 2016 afin de se conformer.

La CNESST indique que l’Université a commis plusieurs erreurs quant à l’identification des catégories d’emploi et de leur prédominance sexuelle.

Parmi celles-ci, certaines de ces catégories d’emploi ont été exclues à tort alors qu’une autre n’aurait pas dû y figurer. Sur le plan de la prédominance sexuelle, cinq catégories d’emploi devront être modifiées. Rappelons que les prédominances sexuelles servent de comparateurs entre les emplois féminins et masculins.

De plus, cette décision révèle que lorsque l’employeur a effectué le maintien de l’équité salariale, il n’a pas tenu compte d’une quarantaine de demandes de réévaluation formulée au Comité conjoint d’évaluation des emplois.

Cette décision confirme que les employeurs doivent tenir compte des demandes d’évaluation comme source d’information lors du maintien de l’équité salariale lorsque celles-ci sont prévues dans la convention collective.

 

 

SHARE

Gain du SCFP en matière d’équité salariale