Jeunesse

Jeunesse/sante/Actualité

Les signalements à la DPJ bondissent de 20%

La directrice de la Protection de la jeunesse, Anne Duret et Mélissa Desjardins, directrice-adjointe à la DPJ. Photo-CKMN

Le nombre de signalements à la Direction de la protection de la jeunesse du Bas-St-Laurent a augmenté de près de 20% en 2018-2019 par rapport à l’année précédente.

La DPJ a reçu plus de deux mille 800 signalements, près de 500 de plus qu’un an plus tôt. De ce nombre, elle en a retenu un peu plus de mille. La Directrice de la protection jeunesse, Anne Duret, mentionne que différents facteurs peuvent expliquer cette hausse. Madame Duret souligne notamment que le milieu familial et la communauté ont une très grande sensibilité aux besoins des enfants. Elle ajoute que la situation socio-économique des ménages peut également justifier une partie de ces données.

La négligence, combinée à un risque sérieux de négligence, arrive en tête des signalements à près de 34%. Les abus et risques d’abus physiques ainsi que les mauvais traitements psychologiques suivent respectivement en 2e et 3e position à 28,5 et 15%.

D’autre part, 148 signalements à la DPJ bas-laurentienne sont présentement en cours de traitement alors que la liste d’attente comporte 20 noms. Dans ce dernier cas, grâce à une aide gouvernementale, une trentaine de personnes ont accepté de rehausser leur poste, ce qui a permis de reprendre le contrôle à ce chapitre.

SHARE

Les signalements à la DPJ bondissent de 20%