Relations de travail/sante/Actualité

Du personnel au bout du rouleau dans le réseau de la santé

Le Syndicat, représentant les préposés aux bénéficiaires du Centre intégré de santé du Bas-St-Laurent, exhorte la direction à cesser d’obliger ses membres à faire du temps supplémentaire obligatoire.

Cette demande fait suite à la décision du CISSS des Laurentides de mettre fin à cette pratique pour ses préposées et son personnel administratif. Le conseiller syndical au Syndicat canadien de la fonction publique, Yanick Proulx, soutient que le personnel est à bout de souffle. Monsieur Proulx estime que le temps supplémentaire obligatoire doit être une mesure d’exception extrême pour ses membres. Il souligne que ceux-ci ne sont pas régis par le code de déontologie des infirmières qui, dans leur cas, leur commande d’assurer une continuité de soins.

La direction des Laurentides a rappelé à ses cadres que cette pratique ne devrait pas être utilisée pour pallier le manque de personnel. Une première dans le réseau de la santé, où cette pratique controversée est généralisée.

La présidente du syndicat, Johanne Campagna confie que le problème est particulièrement intense dans les CHSLD de Rimouski, Trois-Pistoles et Matane.

Les représentants syndicaux réclament une stratégie claire et urgente d’embauche de personnel et de valorisation du travail de préposés aux bénéficiaires.

 

SHARE

Du personnel au bout du rouleau dans le réseau de la santé