sante

sante/Actualité

Un manque important de sages-femmes

Marie-Ève St-Laurent, présidente de l’Ordre des sages-femmes du Québec. Photo-Courtoisie

La présidente de l’Ordre des sages-femmes du Québec a visité mercredi la maison des naissances Colette-Julien de Mont-Joli.

Marie-Ève St-Laurent affirme que cette profession n’échappe pas à la pénurie de main-d’oeuvre. Madame St-Laurent fait valoir qu’avec 230 sages-femmes pour répondre à la demande au Québec, il y a encore trop de personnes sur les listes d’attente et que Mont-Joli n’y fait pas exception.

Conscient de la situation, l’Ordre voit à développer et/ou soutenir des initiatives afin d’accroître l’accessibilité aux sages-femmes, comme la collaboration interprofessionnelle. Il a ainsi appuyé la mise en place d’un projet pilote dans la région de Rivière-du-Loup qui mise sur la collaboration entre les sages-femmes et les infirmières afin d’assurer la viabilité de services en région. L’organisme a également travaillé, de concert avec le gouvernement, pour faciliter l’intégration des sages-femmes immigrantes. C’est ainsi que, depuis 2008, l’Ordre a accueilli 32 sages-femmes de différentes nationalités au terme d’une formation d’appoint offerte par l’Université du Québec à Trois-Rivières.

On compte actuellement 12 maisons de naissance dans la province.

SHARE

Un manque important de sages-femmes