Pauvreté

Pauvreté/Justice/Politique/Actualité

Mobilisation pour améliorer le bien-être des enfants

Michel Dubé, d’Action populaire Rimouski-Neigette, le député de Rimouski, Harold LeBel, Me Céline Nadeau, avocate chez Avocats B.S.L. et Me Linda Fortin, avocate à l’aide juridique. Photo-CKMN

Des acteurs des milieux politique, socio-économique et juridique de la région se mobilisent pour obtenir l’exclusion des pensions alimentaires pour enfant du calcul des revenus de lois à caractère social.

Le député de Rimouski, Harold LeBel, le coordonnateur d’Action Populaire Rimouski-Neigette, Michel Dubé et deux avocates rimouskoises jugent inconcevable que cette pratique ait encore cours aujourd’hui alors que les pensions alimentaires ne sont plus imposables depuis plus de 20 ans. Céline Nadeau, du groupe Avocats B.S.L. indique qu’une personne, recevant un montant de 650 dollars par mois et qui aurait droit à une pension alimentaire de 400 dollars ne recevra en réalité que 100 dollars pour un enfant puisque le gouvernement réduira ses prestations de 300 dollars.

De son côté, Harold LeBel promet de poursuivre ses pressions pour amener le gouvernement à changer cette façon de faire. Rappelant la pétition qu’il parraine à ce sujet, monsieur LeBel est d’avis que tous les partis seraient d’accord pour exclure du revenu des pensions alimentaires pour enfants dans le calcul de prestations diverses lois à caractère social. Il mentionne que Québec Solidaire a déjà déposé un projet de loi en ce sens.

Les citoyens ont jusqu’au 10 mars pour signer la pétition qui sera ensuite déposée à l’Assemblée nationale.

SHARE

Mobilisation pour améliorer le bien-être des enfants