Transports

Transports/Politique/Actualité

Autoroute 20: Les élus parlent d’une même voix

Bruno Paradis, préfet de la MRC de La Mitis, Yvon Soucy, préfet de la MRC de Kamouraska, Chantale Lavoie, préfet de la MRC de La Matapédia, Marc Parent, maire de Rimouski, Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata et présidente du CRD, Francis St-Pierre, préfet de la MRC de Rimouski-Neigette, Martin Soucy, maire de Mont-Joli et Denis Santerre, préfet de la MRC de La Matanie. Photo-Courtoisie

Les élus municipaux du Bas-St-Laurent réclament la réintégration dans les meilleurs délais du prolongement de l’autoroute 20 dans le Plan québécois des infrastructures.

Réunis au sein du Collectif régional de développement et de la Table des préfets, ils ont adopté une résolution en ce sens à l’intention du gouvernement du Québec.

Invoquant des enjeux de sécurité et de développement économique, les élus ont choisi de parler d’une seule voix dans ce dossier. Ils comptent sur la diligence du ministre des Transports, André Fortin et du ministre responsable de la région, Jean D’Amour afin que la planification des travaux pour la portion située entre Le Bic et Notre-Dame-des-Neiges débute le plus tôt possible. Le président de la Table des préfets, Michel Lagacé, refuse que le prolongement de l’autoroute devienne un enjeu électoral.

De son côté, la présidente du CRD, Guylaine Sirois, signale qu’entre décembre et mars, la route 132 entre Le Bic et Notre-Dame-des-Neiges a été fermée à un minimum de 5 reprises, totalisant plus de 100 heures et isolant complètement le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie du reste du Québec.

Le maire de Rimouski, Marc Parent a, pour sa part, réitéré l’urgence d’agir, la planification des travaux pouvant prendre à elle seule plusieurs années.

SHARE

Autoroute 20: Les élus parlent d’une même voix