En bref

Affaires municipales/Actualité

Transports/Environnement/Actualité

Relations de travail/Communications et technologie/Actualité

Affaires/Économie/Actualité

Actualité

Politique/Actualité

Religion/Actualité

Économie/Actualité

Environnement/Actualité

Religion/Actualité

Politique/Actualité

Pauvreté/Actualité

Justice/Actualité

sante/Transports/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Démographie/Actualité

Éducation/Actualité/Sport

Éducation/Actualité/Sport

Affaires municipales/Actualité

Éducation/Actualité

Affaires municipales/Actualité/Sport

Éducation/Actualité

Gastronomie/Actualité

sante/Actualité

Fait divers/Actualité

Politique/Actualité

Affaires/Actualité

Actualité/Sport

Fait divers/Actualité

Actualité/Sport

Actualité/Sport

Politique/Actualité

Transports/Politique/Actualité

Transports/Politique/Actualité

Transports/Actualité

Économie/Politique/Actualité

Économie/Actualité/Sport

Océanic/Actualité/Sport

Politique/Actualité

Fait divers/Actualité

Communications et technologie/Actualité

Communications et technologie/sante/Actualité

Économie/Actualité/Sport

Relations de travail/Forêt/Actualité

Pauvreté/Actualité

Démographie/Famille</Transports/Actualité

Politique/Actualité

Habitation/Actualité

Habitation/Actualité

sante/Éducation/Actualité

Politique/Actualité

Suzanne Tremblay commente la crise au Bloc Québécois

Photo-Facebook

L’ex-députée fédérale Suzanne Tremblay est d’avis que le litige au Bloc Québécois n’aurait pas dû prendre cette ampleur.

En entrevue à l’émission Place publique lundi avant-midi, madame Tremblay a confié qu’une telle crise n’aurait jamais eu lieu si la souveraineté avait été populaire auprès de l’électorat. Dans ce contexte, elle croit que les députés qui ont quitté le parti évitent de parler de cette question de peur de perdre des votes et veulent ainsi conserver leur salaire.

D’autre part, Suzanne Tremblay partage l’avis de la vice-présidente, Kédina Fleury-Samson, à l’effet qu’il s’agissait d’un mouvement très bien planifié par les démissionnaires.

Madame Tremblay croit que la meilleure chose à faire maintenant est d’arrêter de parler de ce dossier.

 

SHARE

Suzanne Tremblay commente la crise au Bloc Québécois