Pauvreté/industrie/Économie/Actualité

Des mesures d’urgence réclamées pour éviter le trou noir

De gauche à droite: Céline Bonneau du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec, Alain Lagacé d’Action Chômage Kamouraska, Nancy Legendre, présidente du Conseil central CSN du Bas-St-Laurent et Alain Harrisson de la FTQ. Photo-Francis Belzile

La Coalition sur l’assurance-emploi du Bas-St-Laurent réclame des mesures d’urgence afin d’éviter que des travailleurs saisonniers de la région se retrouvent sans revenu cet hiver.

La coalition, formée par Action Chômage Kamouraska et de trois syndicats, demande au gouvernement fédéral d’ajouter dix semaines de prestations aux 15 de bases déjà prévues dans la loi. Le coordonnateur d’Action Chômage Kamouraska, Alain Lagacé, évalue que près de 80% des travailleurs saisonniers vont vivre le fameux « trou noir », du jamais vu dans la région. Monsieur Lagacé indique que cette situation s’explique par une diminution du taux de chômage régional. Il souligne qu’une personne doit accumuler 665 heures de travail pour se qualifier à l’assurance-emploi. Il fait remarquer qu’il s’agit des mêmes données que la région de Montréal, un non-sens selon lui. Alain Lagacé doute ainsi de la validité du taux de chômage au Bas-St-Laurent établi à 6,7%.

SHARE

Des mesures d’urgence réclamées pour éviter le trou noir