Forêt/Actualité

Les travailleurs sylvicoles font part de leurs demandes

Les travailleurs sylvicoles veulent une nouvelle entente de trois ans.

Environ 350 travailleurs de la sylviculture au Québec entameront prochainement une quatrième ronde de négociations coordonnées. Les enjeux prioritaires sont un partage plus juste de la richesse générée par leur travail indispensable et des mesures pour assurer l’application pleine et entière des droits des travailleurs en santé et sécurité au travail. Du côté salarial, les syndiqués, affiliés à la CSN, réclament une augmentation de la masse salariale de 4 % par année, à être investie en salaires ou pour toute autre compensation que les parties négocieront localement. Les travailleurs sylvicoles n’ont pas un salaire horaire, mais une rémunération à forfait. Ils doivent assumer eux-mêmes les frais liés à leur travail, non seulement le coût de transport, mais également l’acquisition de leurs outils de travail. Une débroussailleuse représente un investissement allant jusqu’à mille 500 dollars. La CSN plaide que les entreprises peuvent satisfaire ces revendications puisqu’elles sont en bonne santé financière.

Les conventions collectives viendront à échéance le 31 décembre.

SHARE

Les travailleurs sylvicoles font part de leurs demandes