Actualité

Environnement/Actualité

Culturel/Actualité

Actualité

Actualité

Éducation/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Transports/Actualité

sante/Économie/Actualité

Éducation/Actualité

Actualité

Politique/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Culturel/Actualité

sante/Culturel/Actualité

Environnement/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Politique/Actualité

Fait divers/Actualité

sante/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Fait divers/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Pauvreté/Actualité

agriculture/Actualité

Environnement/Actualité

Faune/Actualité

Violence contre les femmes/Actualité

Pauvreté/Économie/Actualité

Éducation/Économie/Actualité

Habitation/Économie/Actualité

Pauvreté/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Éducation/Actualité

Culturel/Actualité

Ainés/Actualité

Éducation/Actualité

Environnement/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Actualité/Sport

Actualité/Sport

Affaires municipales/Actualité

Économie/Actualité/Actualité

Éducation/Actualité

Habitation/Actualité

Actualité

Environnement/Actualité/Actualité

Actualité

Les femmes et les hommes invités à dénoncer les gestes à caractère sexuel

Le Centre d’Aide et de Lutte contre les Agressions à Caractère Sexuel de Rimouski réitère son appui aux femmes et aux hommes qui seraient victimes de violences sexuelles.

Les responsables de l’organisme rappellent à toutes les femmes de la région que ses intervenantes sont là pour elles afin de les accueillir, les écouter, les soutenir et leur offrir de l’aide. Ils affirment que la nouvelle vague de dénonciations publiques « #moi aussi », qui fait écho à d’autres vagues ailleurs dans le monde, atteint une ampleur sans précédent pour briser le silence sur les violences sexuelles. Ils mentionnent soutenir profondément et sans jugement toutes ces femmes et ces hommes qui ont subi des actes de violence et de harcèlement sexuel. Les gestionnaires du CALACS considèrent que collectivement, ce mouvement est d’une importante capitale pour faire évoluer la lutte aux violences sexuelles. Pour ces personnes, il faut revenir à la base, à savoir le consentement.

SHARE

Les femmes et les hommes invités à dénoncer les gestes à caractère sexuel