Religion

Religion/Actualité

Le climat est toujours aussi tendu au sein de la Fabrique St-Germain

Nathalie Leblond, Victor Lepage et Jean-Charles Lechasseur

Trois marguilliers de la Fabrique de la paroisse St-Germain réclament la démission du vice-président de l’organisme, Jean-Louis Gendron.

Victor Lepage, Jean-Charles Lechasseur et Nathalie Leblond posent un tel geste à la suite des événements survenus à l’église de Pointe-au-Père le 28 août lors de l’ouverture des soumissions pour la réparation du bâtiment. Ayant été tenu dans l’ignorance pour cette activité, Jean-Charles Lechasseur s’est rendu en vitesse à cet endroit pour assister à la réunion. Monsieur Lechasseur affirme que Jean-Louis Gendron l’aurait alors agressé verbalement et physiquement, l’empoignant par les deux bras pour le sortir à l’extérieur. Il n’a d’ailleurs toujours pas porté de plainte à ce sujet auprès de la Sûreté du Québec.

Jean-Charles Lechasseur et Victor Lepage ont rapporté l’incident à l’Archevêque du diocèse, Monseigneur Denis Grondin et pour lui demander la destitution de Jean-Louis Gendron mais ils n’ont pas obtenu de réponse satisfaisante à leur demande. Monsieur Lepage déplore vivement le climat de division qui règne au sein de l’organisation.

De son côté, Nathalie Leblond accuse le président de la Fabrique, Normand Lavoie de faire preuve de misogynie à son endroit.

Madame Leblond estime que messieurs Lavoie et Gendron imposent un régime dictatorial au sein de la Fabrique.

SHARE

Le climat est toujours aussi tendu au sein de la Fabrique St-Germain