Actualité

Économie/Actualité

Actualité

Fait divers/Actualité

Économie/Actualité

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Économie/Actualité

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Actualité

Tourisme/Actualité

Religion/Culturel/Actualité

Actualité

Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Culturel/Actualité

Actualité/Sport

sante/Actualité

Politique/Actualité

Justice/Fait divers/Actualité

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Économie/Actualité

sante/Actualité

Famille</Politique/Actualité

Tourisme/Actualité

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Actualité

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Actualité

Politique/Actualité

Environnement/Actualité

Culturel/Actualité

Fait divers/Actualité

sante/Actualité

Politique/Actualité

Transports/Actualité

Environnement/Économie/Actualité

Religion/Actualité

Politique/Actualité

Actualité

Les organismes communautaires continuent de réclamer de nouveaux fonds

Photo-Courtoisie

Des représentants d’organismes communautaires de la province vont manifester mercredi à Québec.

Cette manifestation nationale se terminera par une grande chaîne humaine autour de l’Assemblée nationale. Quatre autobus, rassemblant près de 200 personnes issues d’organismes communautaires du Bas-Saint-Laurent, se joindront aux 3500 personnes attendues à Québec.

Les quatre mille organismes communautaires autonomes ont besoin de 475 millions de dollars de plus par année pour réaliser pleinement leur mission, ce qui représente moins de 1% du budget des dépenses de programmes du gouvernement.

Au Bas-Saint-Laurent, le manque à gagner annuel pour les 170 organismes communautaires autonomes est de plus de 20 millions de dollars. La coordonnatrice régionale de TROC, Émilie St-Pierre, estime que le surplus de plus de 2,5 milliards de dollars à Québec s’est fait sur le dos des plus vulnérables.

SHARE

Les organismes communautaires continuent de réclamer de nouveaux fonds