Habitation/Politique/Actualité

Les candidats interpellés sur le logement communautaire

Nancy Belleau des Habitats populaires de l’Est, Éric Cimon, président de l’Association des groupes de ressources techniques du Québec et Francine Julien, ex-présidente du Centre polyvalent des aînés. Photo-Francis Belzile

À l’aube du déclenchement de la campagne électorale municipale, les candidats sont interpellés sur la question des habitations communautaires.

L’Association des groupes de ressources techniques du Québec estime que les élus municipaux ont un rôle déterminant à jouer pour répondre aux besoins de leurs communautés à ce chapitre. Les dirigeants de l’organisme espèrent que ces personnes feront les pressions requises auprès des gouvernements supérieurs, particulièrement celui du Québec, pour obtenir davantage de logements communautaires. Outre l’obtention de plus d’édifices de ce type, l’association souhaite que les municipalités créent des banques de terrains pour en permettre la construction.

Nancy Belleau des Habitations populaires de l’Est affirme que les sommes, pour la construction de tels immeubles, sont disponibles via le programme Accès-Logis.

Madame Belleau ne peut chiffrer le nombre de logements requis au Bas-St-Laurent mais elle assure que les besoins sont réels.

Elle est d’avis que les habitations communautaires représentent une partie de la solution pour assurer la vitalité des petites communautés dévitalisées.

Au Québec, près d’un demi-million de ménages locataires consacrent plus de 30% de leur revenu pour se loger et 227 mille plus de 50%.

SHARE

Les candidats interpellés sur le logement communautaire