Actualité

Environnement/Actualité

Culturel/Actualité

Actualité

Actualité

Éducation/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Transports/Actualité

sante/Économie/Actualité

Éducation/Actualité

Actualité

Politique/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Culturel/Actualité

sante/Culturel/Actualité

Environnement/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Politique/Actualité

Fait divers/Actualité

sante/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Fait divers/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Pauvreté/Actualité

agriculture/Actualité

Environnement/Actualité

Faune/Actualité

Violence contre les femmes/Actualité

Pauvreté/Économie/Actualité

Éducation/Économie/Actualité

Habitation/Économie/Actualité

Pauvreté/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Éducation/Actualité

Culturel/Actualité

Ainés/Actualité

Éducation/Actualité

Environnement/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Actualité/Sport

Actualité/Sport

Affaires municipales/Actualité

Économie/Actualité/Actualité

Éducation/Actualité

Habitation/Actualité

Actualité

Environnement/Actualité/Actualité

Actualité

Des données peu surprenantes sur les jeunes de la région

Les jeunes du Bas-St-Laurent et de la Gaspésie quittent davantage leur région et reviennent moins que l’ensemble de ceux des autres régions.

C’est ce que révèlent les plus récentes données publiées par l’Institut de la Statistique du Québec. L’’étude compare les parcours résidentiels des jeunes âgés de 16 ans en 1993, 1998, 2003 et 2008, qui ont été suivis jusqu’à l’âge de 23, 28 ou 33 ans. Démographe à l’ISQ, Martine St-Amour mentionne que les bas-laurentiens et gaspésiens ayant amorcé leur vie adulte dans les années 2000 sont moins portés à quitter leur région administrative d’origine et un peu plus enclins à y retourner que ceux ayant franchi cette étape dans les années 1990 mais dans une moindre proportion qu’ailleurs dans la province. Madame St-Amour fournit l’exemple des jeunes âgés entre 16 et 23 ans des deux régions. Elle souligne que 36% de ces personnes de la Gaspésie ont vécu au moins une année à l’extérieur durant cette période alors que cette proportion s’élève à 29% au Bas-St-Laurent.

SHARE

Des données peu surprenantes sur les jeunes de la région