Actualité

Environnement/Actualité

Culturel/Actualité

Actualité

Actualité

Éducation/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Transports/Actualité

sante/Économie/Actualité

Éducation/Actualité

Actualité

Politique/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Culturel/Actualité

sante/Culturel/Actualité

Environnement/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Politique/Actualité

Fait divers/Actualité

sante/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Fait divers/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Pauvreté/Actualité

agriculture/Actualité

Environnement/Actualité

Faune/Actualité

Violence contre les femmes/Actualité

Pauvreté/Économie/Actualité

Éducation/Économie/Actualité

Habitation/Économie/Actualité

Pauvreté/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Éducation/Actualité

Culturel/Actualité

Ainés/Actualité

Éducation/Actualité

Environnement/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Actualité/Sport

Actualité/Sport

Affaires municipales/Actualité

Économie/Actualité/Actualité

Éducation/Actualité

Habitation/Actualité

Actualité

Environnement/Actualité/Actualité

Actualité

Langue maternelle anglaise à Rimouski: Beaucoup de scepticisme

 

Marc Parent, maire de Rimouski

Le maire de Rimouski émet de sérieuses réserves sur les données du dernier recensement de Statistiques Canada concernant les personnes ayant l’anglais comme langue maternelle sur le territoire rimouskois.

Selon l’organisme fédéral, le nombre de ces résidents serait passé de 330 en 2011 à 865 en 2016, ce qui représente une augmentation de plus de 160%. Marc Parent remet ces chiffres en question.

Monsieur Parent émet néanmoins une hypothèse qui pourrait expliquer une telle augmentation, même s’il demeure sceptique à ce sujet. Il estime que cela pourrait se justifier par le fait qu’en 2011, l’ancien gouvernement conservateur avait retiré le formulaire long.

Marc Parent croit que Statistiques Canada va revoir ces chiffres.

SHARE

Langue maternelle anglaise à Rimouski: Beaucoup de scepticisme