sante/Actualité

Des bémols à apporter pour l’utilisation des blocs opératoires

Le directeur des services professionnels du Centre intégré de santé du Bas-St-Laurent tient à nuancer les données sur l’utilisation des blocs opératoires des hôpitaux de la région.

Jean-Christophe Carvalho estime qu’il existe deux réalités à ce chapitre sur le territoire bas-laurentien, soit celle des plus grands établissements, comme Rimouski et Rivière-du-Loup, et les autres de plus petite taille. À Rimouski, monsieur Carvalho explique que l’exiguïté des espaces, combinée à un manque d’effectif infirmier, peut expliquer le taux d’utilisation de 78%.

Ailleurs au Bas-St-Laurent, Jean-Christophe Carvalho affirme que les blocs opératoires sont avant tout disponibles pour répondre aux chirurgies urgentes et aux césariennes. Il ajoute que les effectifs médicaux font aussi une importante différente différence sur le volume d’activités.

Jean-Christophe Carvalho mentionne par ailleurs qu’une des pistes de solution pour augmenter le taux d’utilisation des salles d’opération des plus petits établissements serait de leur transférer des cas actuellement référés à Rimouski et à Rivière-du-Loup. Il croit que cela permettrait ainsi de réaliser des chirurgies plus complexes dans ces deux derniers hôpitaux.

Rappelons que seul le Centre hospitalier de Gaspé atteint le seuil d’utilisation de 85% fixé par le ministère de la Santé

 

SHARE

Des bémols à apporter pour l’utilisation des blocs opératoires