Actualité

Environnement/Actualité

Culturel/Actualité

Actualité

Actualité

Éducation/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Transports/Actualité

sante/Économie/Actualité

Éducation/Actualité

Actualité

Politique/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Culturel/Actualité

sante/Culturel/Actualité

Environnement/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Politique/Actualité

Fait divers/Actualité

sante/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Fait divers/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Pauvreté/Actualité

agriculture/Actualité

Environnement/Actualité

Faune/Actualité

Violence contre les femmes/Actualité

Pauvreté/Économie/Actualité

Éducation/Économie/Actualité

Habitation/Économie/Actualité

Pauvreté/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Éducation/Actualité

Culturel/Actualité

Ainés/Actualité

Éducation/Actualité

Environnement/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Actualité/Sport

Actualité/Sport

Affaires municipales/Actualité

Économie/Actualité/Actualité

Éducation/Actualité

Habitation/Actualité

Actualité

Environnement/Actualité/Actualité

Actualité

Surveillance pour la consommation d’alcool sur les plans d’eau

La Sûreté du Québec mènera une opération pour détecter la capacité de la conduite affaiblie par l’alcool ou la drogue chez les conducteurs sur les plans d’eau de samedi à lundi.

L’initiative est organisée en collaboration avec l’Association maritime du Québec et le Conseil canadien de la sécurité nautique. Selon cette dernière organisation, la consommation d’alcool représente 40% des causes d’incidents impliquant une embarcation nautique. Elle mentionne que le soleil, le vent et les mouvements d’une embarcation en raison des vagues représentent certaines causes pouvant accroître les effets de l’alcool et des drogues sur les cours d’eau. Au Québec, il n’est pas interdit de consommer de l’alcool à bord d’une embarcation, même s’il s’agit d’un bateau à moteur.

Les conducteurs, qui consomment de l’alcool, augmentent toutefois considérablement les risques de collisions. S’ils ont la capacité de conduite affaiblie par l’alcool ou les drogues, ils s’exposent aux sanctions prévues par le Code criminel, soit une amende minimale de 1000 dollars jusqu’à une peine d’emprisonnement, d’après le nombre de récidives.

 

SHARE

Surveillance pour la consommation d’alcool sur les plans d’eau