Actualité

Environnement/Actualité

Culturel/Actualité

Actualité

Actualité

Éducation/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Transports/Actualité

sante/Économie/Actualité

Éducation/Actualité

Actualité

Politique/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Culturel/Actualité

sante/Culturel/Actualité

Environnement/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Politique/Actualité

Fait divers/Actualité

sante/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Fait divers/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Pauvreté/Actualité

agriculture/Actualité

Environnement/Actualité

Faune/Actualité

Violence contre les femmes/Actualité

Pauvreté/Économie/Actualité

Éducation/Économie/Actualité

Habitation/Économie/Actualité

Pauvreté/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Éducation/Actualité

Culturel/Actualité

Ainés/Actualité

Éducation/Actualité

Environnement/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Actualité/Sport

Actualité/Sport

Affaires municipales/Actualité

Économie/Actualité/Actualité

Éducation/Actualité

Habitation/Actualité

Actualité

Environnement/Actualité/Actualité

Actualité

Plainte à la Commission des droits de la personne

Le groupe La Meute a déposé une plainte officielle à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse contre la ville de Rimouski.

Cette décision faite suite au refus, par les autorités rimouskoises, de louer le centre communautaire du district Nazareth pour la tenue de la conférence d’André Pitre. Les dirigeants de La Meute croient que cette position, qui relève de la censure selon eux, est une grave entrave aux droits fondamentaux des citoyens. Ils estiment que leur organisation est, jusqu’à preuve du contraire, un groupe citoyen respectueux des lois qui milite pour la laïcité de l’État, la démocratie et la défense des droits fondamentaux de la personne, notamment la liberté d’expression. Ils n’acceptent pas qu’un élu, comme le maire Marc Parent, agisse comme il l’a fait en début de semaine envers eux.

SHARE

Plainte à la Commission des droits de la personne