Actualité

Sécurité publique/Actualité

Éducation/Environnement/Actualité

Actualité

Affaires municipales/Actualité/Sport

Politique/Actualité

Développement régional/Économie/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

sante/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Culturel/Actualité

Religion/Culturel/Actualité

Communications et technologie/Affaires municipales/Actualité

Éducation/Actualité/Sport

sante/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Justice/Actualité

Justice/Actualité

Recherche/Développement régional/Actualité

Politique/Actualité

Actualité

agriculture/Tourisme/Économie/Actualité

sante/Actualité

Actualité

Transports/Actualité

sante/Actualité

sante/Éducation/Actualité

Développement régional/Économie/Actualité

Fait divers/Actualité

sante/Éducation/Actualité

Tourisme/Actualité

sante/Éducation/Actualité

sante/Actualité

Éducation/Actualité

sante/Actualité

Religion/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Politique/Actualité

Politique/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Politique/Actualité

Justice/Actualité

Culturel/Actualité

sante/Éducation/Actualité

Fait divers/Actualité

Développement régional/Éducation/Actualité

Tourisme/Économie/Actualité

Actualité

Affaires municipales/sante/Actualité

Forêt/Actualité

Environnement/Actualité

Actualité

Chantal Pilon trace son bilan

Chantal Pilon-Photo Courtoisie

Après trois ans, Chantal Pilon quitte la présidence de la Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette.

Madame Pilon affirme qu’une grande partie de son travail au cours de son mandat a été de revoir la structure de l’organisation. Elle ajoute que la fusion avec l’Association des marchands a aussi nécessité plus de 18 mois de négociations avant d’en arriver à une entente. Chantal Pilon énumère d’autres dossiers importants sur lesquels elle a consacré des efforts au cours des trois dernières années, soit le prolongement de l’autoroute 20, le prolongement de la piste de l’aéroport régional de Mont-Joli ainsi que l’aide aux PME.

D’autre part, madame Pilon se dit encouragée par les avancées pour l’avenir du port rimouskois. On sait que le gouvernement québécois s’est montré intéressé à s’en porter acquéreur dans le cadre du programme de rétrocession mis en place par Ottawa. Québec espère toutefois une remise en état des infrastructures avant d’en prendre possession.

SHARE

Chantal Pilon trace son bilan