Actualité

Environnement/Actualité

Culturel/Actualité

Actualité

Actualité

Éducation/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Transports/Actualité

sante/Économie/Actualité

Éducation/Actualité

Actualité

Politique/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Culturel/Actualité

sante/Culturel/Actualité

Environnement/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Politique/Actualité

Fait divers/Actualité

sante/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Fait divers/Actualité

Océanic/Actualité/Sport

Pauvreté/Actualité

agriculture/Actualité

Environnement/Actualité

Faune/Actualité

Violence contre les femmes/Actualité

Pauvreté/Économie/Actualité

Éducation/Économie/Actualité

Habitation/Économie/Actualité

Pauvreté/Actualité

Fait divers/Actualité

Pauvreté/Actualité

Éducation/Actualité

Culturel/Actualité

Ainés/Actualité

Éducation/Actualité

Environnement/Actualité

Affaires municipales/Actualité

Actualité/Sport

Actualité/Sport

Affaires municipales/Actualité

Économie/Actualité/Actualité

Éducation/Actualité

Habitation/Actualité

Actualité

Environnement/Actualité/Actualité

Actualité

Martin Langlois évite la prison

Martin Langlois, qui a tenu les policiers en haleine pendant plus de 4 heures le 2 juin sur la rue St-Pierre à Rimouski, est reconnu non criminellement responsable pour troubles mentaux.

La décision a été rendue vendredi matin par le juge Richard Côté au palais de justice rimouskois. Cette décision fait suite à l’évaluation psychiatrique qu’a subi l’individu, âgé de 35 ans, au cours des dernières semaines. L’homme a été référé à la Commission des troubles mentaux du Tribunal administratif du Québec.

Il devait répondre à des accusations de voies de fait sur un policier, voies de fait, méfait public et possession d’une arme dans un dessein dangereux.

L’affaire avait débuté peu avant 8 heures 30 et elle s’est terminée vers midi 30 le vendredi 2 juin. L’homme s’était réfugié sur le balcon d’un immeuble à logements après avoir commis des méfaits sur un véhicule. Il s’était rendu de lui-même aux policiers avant d’être conduit à l’Hôpital régional rimouskois.

SHARE

Martin Langlois évite la prison